Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Newpubmarketing

Blog marketing, Pub, Internet, médias, buzz marketing, innovation high-tech et produits, grande distribution : la bonne info se trouve sur newpubmarketing !

Les pires pub : la chorégraphie "has been" de la Poste

Les pires pub : la chorégraphie "has been" de la Poste

Ah c'est beau la poésie d'une publicité légère, non ? Eh bien pas toujours ! La Poste nous donne l'occasion de le vérifier avec sa nouvelle publicité. Elle argumente bien sa promesse avec le descriptif suivant "Dans une ville pleine de couleurs, des personnages de tous âges et de tous horizons vont être amenés à se rencontrer au hasard de leurs activités respectives. Leur point commun  : une fougueuse envie de chanter et de danser pour célébrer cette journée extraordinaire où tout est mis en œuvre pour leur #SimplifierLaVie.".

Malgré tous les efforts déployés, on se retrouve face à un spectacle d'un autre temps avec une chorégraphie "has been" qui nous berce dans un monde bisnounours. La Poste passe à côté de l'instant de vérité publicitaire et ne donne pas une image moderne... Dommage !

... Bref, à oublier au plus vite !

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
C'est le rédacteur de cet article qui est dépourvu de culture et de cerveau. Cette pub est juste un bel hommage au magnifique cinéma de Jacques Demy, qui nous livré les plus belles comédies musicales, je vous invite à découvrir ces chefs-d'œuvre, les demoiselles de Rochefort par exemple, mais pas sûr que vous saurez l'apprécier
Répondre
N
philippebidule@aol.com, ça c'est drôle comme adresse pour laisser un commentaire. Merci pour ce message qui nous permet d'avoir un bouillon de culture en moins de 15 secondes... mais il n'empêche que cette publicité n'est pas à la hauteur des années 2020. Pas la peine de citer les grands du cinéma pour expliquer que cette publicité mérite le détour ! N'oubliez pas les cibles chers amis des agences avant de vendre des concepts un peu fumeux sur l'histoire du cinéma de Demy. Sans rancune bidulle !