Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Newpubmarketing

Blog marketing, Pub, Internet, médias, buzz marketing, innovation high-tech et produits, grande distribution : la bonne info se trouve sur newpubmarketing !

Naming Sportif : le flop à la française entre les marques et les stades ...

Initialement perçu comme un véritable instrument de financement des projets de stade, le naming n’a pas tenu toutes ses promesses sur le marché français. Pire, les marques n'entrent pas facilement dans la danse pour inscrire un nom sur le devant des entrées des stades en France. Un flop à la française alors qu'aux USA, en Angleterre ou en Allemagne, les grands groupes ont trouvé le bon compte pour rentabiliser et capitaliser sur une image de marque positive.


Alors que les principales entreprises allemandes mettent la main à la poche pour s’offrir le naming des stades ; peu de grandes entreprises françaises ont semblé intéresser par l’ouverture de ce nouvel espace de sponsoring à l’aube des années 2010. A Bordeaux par exemple, le concessionnaire SBA a pourtant sollicité de nombreux candidats – dont notamment le groupe Dassault – pour commercialiser les droits de naming à hauteur de 4 M€ par an. Il s’est finalement résolu à accepter l’offre de Matmut, proposant un montant deux fois inférieur à celui escompté, pour limiter la casse. Rappelons que les plus gros contrats de l’Hexagone sont : MMA débourse 1,2 million d’euros par an pour la MMArena du Mans. Allianz parraine le stade de Nice pour 1,77 million d’euros l’année (Allianz Riviera). Orange se paye le stade vélodrome de Marseille pour 2,7 millions d’euros par an (Orange Vélodrome). À Paris, la transformation du mythique Bercy en AccorHotels Arena rapporte 4,15 millions d’euros par an

Selon marketing magazine, "Si 86 % des Français ne connaissent pas le naming selon une étude Kantar en septembre 2018 et que la France est encore à des années-lumière de l'Amérique du nord, où la moyenne des contrats pour les stades s'élève à 5 millions d'euros annuels selon les chiffres de Lagardère Sports, la révolution est en marche"... Mouais, c'est révolution ressemble surtout à un pétard mouillé !

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article