Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

4 articles avec whatsapp

E-commerce : Whatsapp passe un nouveau cap en proposant les achats directement dans une conversation

Publié le par new pub marketing

Comme beaucoup de réseaux sociaux, l'ère du E-commerce pousse à inventer des modes de plus en plus "push" pour augmenter l'attraction des consommateurs vers des nouveaux produits. Cette technique de "push" devient plus forte actuellement car elle intervient dans les consommateurs des utilisateurs des réseaux. La conversation intéresse les réseaux sociaux car elle est au centre de vos besoins sur des produits ou des services. Il suffira de parler de "Nutella" ou de "Peugeot" pour que l'on vous pousse demain des liens directement chez les distributeurs pour acheter le produits. Ce mode "ultra intrusif" vise à encercler les consommateurs et il faudra être vigilant dans les prochains mois. Sommes-nous encore dans une position de discuter librement ? C'est la question qui se pose depuis plusieurs années et encore plus sur les réseaux sociaux... Qui n'ont rien de social ! Ils sont devenus des machines à commercer autrement et à espionner progressivement tout le monde. Est-ce une bonne chose ? La réponse est clairement : NON.

WhatsApp va permettre aux entreprises d’utiliser les Facebook Shops sur WhatsApp, dès l’année prochaine. Elles pourront ainsi vendre leurs produits au sein de l’application, sans devoir passer par une plateforme tierce. Les clients pourront consulter les produits disponibles mais également contacter le vendeur directement par message pour faciliter l’échange. WhatsApp compte aider les entreprises (et particulièrement les petites entreprises) à intégrer cette solution. Grâce à Facebook Pay, les paiements mobiles permettront à WhatsApp de toucher une commission.

Publié dans ECOMMERCE, Web, SocialMedia, Whatsapp

Partager cet article

Repost0

Mobile : le paiement numérique est disponible sur WhatsApp... au Brésil

Publié le par new pub marketing

Mobile : le paiement numérique est disponible sur WhatsApp... au Brésil

Après plusieurs mois de discussions et d’essais, le paiement numérique est enfin disponible sur WhatsApp. Le Brésil est le pays choisi par le groupe Facebook pour lancer son service car il représente le deuxième plus grand marché pour l’application, avec 120 millions d’utilisateurs actifs par mois.

Les utilisateurs brésiliens ont désormais la possibilité d’effectuer un achat auprès d’une entreprise locale ou d’envoyer de l’argent à leurs proches directement depuis une conversation sur WhatsApp. Plus de 10 millions de petites et micro-entreprises sont concernées par ce lancement au Brésil. La fonctionnalité s’appuie sur Facebook Pay, le service de paiement propriétaire du groupe, pour sécuriser les transactions sur WhatsApp. Reste à savoir quand le paiement arrivera sur cette application en France et en Europe ? WhatsApp devient donc une "fintech" !?

Partager cet article

Repost0

Le chiffre de la semaine : 2 milliards d'utilisateurs WhatsApp dans le monde

Publié le par new pub marketing

Le chiffre de la semaine correspond à la barre symbolique des 2 milliards d'utilisateurs de la messagerie instantanée WhatsApp dans le monde. Un chiffre fou, alors que Facebook avait racheté l'application mobile en 2014. Une croissance qui laisse rêveur et qui représente un phénomène unique dans le monde.

Le chiffre de la semaine : 2 milliards d'utilisateurs WhatsApp dans le monde

Partager cet article

Repost0

Social Media : Facebook repousse la diffusion de publicités dans WhatsApp

Publié le par new pub marketing

Facebook repousse la diffusion de publicités dans WhatsApp pour une durée indéterminée
Facebook réoriente ses projets pour générer de l’argent à travers la populaire application de messagerie, qu’il avait rachetée en 2014. Le Wall Street Journal a dévoilé, un tournant dans les projets de Facebook concernant WhatsApp. Alors que Facebook était censé ouvrir l’application à la diffusion d’annonces commerciales, ce projet a été « gelé », rapporte le quotidien américain. Ceci, alors que la publicité en ligne, dont la diffusion peut être ciblée à partir des données personnelles des utilisateurs, est la principale manne de Facebook, pleinement à l’œuvre dans ses autres applications (Facebook, Instagram, Messenger en premier lieu).
En mai 2019, Facebook dévoilait, lors d’une conférence à des professionnels du marketing, un aperçu des publicités qui allaient pouvoir être diffusées dans les « statuts » WhatsApp. De tels espaces publicitaires allaient s’ouvrir en 2020, expliquait alors l’entreprise à de potentiels annonceurs. Les « statuts » WhatsApp sont l’équivalent des « stories » sur Instagram, Facebook et Messenger : la fonctionnalité permet à chaque utilisateur de diffuser une image ou une vidéo temporairement, pendant vingt-quatre heures. C’est l’une des manières qu’utilisent les marques, notamment sur Instagram, pour diffuser des annonces sponsorisées et ciblées, entre deux « stories » postées par des utilisateurs.

Pour assurer un financement sans publicités, WhatsApp avait pendant un temps mis en place un système d’abonnement annuel très modique (un dollar par an). Le rachat par Facebook en 2014, pour la somme astronomique de 19 milliards d’euros, avait ensuite conduit à ce que l’application devienne entièrement gratuite, sur le modèle de tous les réseaux sociaux fournis par Facebook – dont la gratuité est normalement financée par la publicité.
Mais le chiffrement des messages sur WhatsApp, un principe central qu’a réaffirmé Mark Zuckerberg en 2019, est une épine dans le pied de Facebook pour permettre la récolte de données personnelles des utilisateurs, sur laquelle repose le fonctionnement de ces publicités.
Chiffré, le contenu des messages échangés sur WhatsApp ne peut pas, techniquement, être analysé : ces messages ne peuvent servir à alimenter les bases des données publicitaires de Facebook. Le fonctionnement de WhatsApp, où l’on ne peut pas s’exprimer publiquement (sauf dans les « statuts »), ni s’abonner à des personnalités ou centres d’intérêts (sauf en cas de groupes WhatsApp, mais dont les limitations sont nombreuses), n’offre que peu de grain à moudre en termes de récolte de données personnelles. Les annonces de ce 16 janvier montrent, dans ce contexte, que la quête par Facebook de solutions pour rentabiliser son application WhatsApp est encore loin d’être achevée.

Partager cet article

Repost0