Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

startup

Start-up : Homepilot lève 2,6 millions d'euros pour transformer la gestion locative

Publié le par new pub marketing

Homepilot , l'agence immobilière digitale dédiée à la location et la gestion locative, annonce une levée de fonds de 2,6 millions d'euros. La start-up qui développe ses propres technologies, réitère son ambition de digitaliser la gestion locative, un marché de plus de 6 milliards d'euros en France et qui touche plus de 60% de la population française.


Avec un tour de table de 2,6 millions d'euros qui s'ajoute aux 600.000 euros précédemment levés, Homepilot poursuit son ambition d'être le partenaire incontournable pour tous les investisseurs immobiliers.Cette levée de fonds est réalisée auprès de ses investisseurs historiques, qui ont tenu à renouveler leur soutien, Christophe Courtin (Santiane), Jean-Fabrice Mathieu (Seloger), Cyril Vermeulen (Aufeminin), Didier Kuhn (ScreenTonic), et de nouveaux investisseurs, dont Geoffroy Roux de Bézieux, Techmind et Bpifrance. Trois années après son lancement, Homepilot gère plus de 600 millions d'euros d'actifs immobiliers, constitués de plus de 2.000 logements, bureaux et locaux commerciaux dans toute la France. Ce nouveau tour de table va permettre à Homepilot de poursuivre le développement de sa solution de gestion locative et de renforcer ses effectifs.

"Cette levée de fonds, réalisée durant l'une des pires crises des trente dernières années, est une forte validation de notre modèle et de notre technologie" explique Gilles Bourcy, cofondateur de Homepilot.

Publié dans Web, startup

Partager cet article
Repost0

Start-up : LA FINTECH LIBEO LÈVE 20 MILLIONS D’EUROS

Publié le par new pub marketing

Start-up : LA FINTECH LIBEO LÈVE 20 MILLIONS D’EUROS

La start-up Libeo cofondée par Pierre Duratet réalise sa troisième levée de fonds depuis sa création en 2019. Elle a développé un logiciel qui permet aux PME et TPE de dématérialiser les factures, de les centraliser et de payer facilement les fournisseurs.
Dans une autre vie, Pierre Dutaret a dirigé plusieurs restaurants. Il est donc bien placé pour savoir que régler les factures et gérer la compatibilité sont des tâches aussi complexes que fastidieuses. Et empêchent surtout de se consacrer à son coeur de métier. Faute d'avoir trouvé les outils idoines pour résoudre ce problème, cet entrepreneur a fondé Libeo en 2019 : une start-up qui s'est donné pour mission de simplifier la gestion et le règlement des factures des PME et TPE.

Dans le détail, la jeune pousse permet sur son interface de dématérialiser instantanément des factures, de les centraliser au même endroit, de les valider et enfin d'effectuer le paiement à ses fournisseurs en quelques clics, sans obligation de saisir l'IBAN. « C'est six fois plus rapide de « processer » ses factures sur Libeo », affirme le chef d'entreprise.

A la façon de Lydia pour les particuliers, Libeo s'efforce de lever un à un les freins liés au paiement entre entreprises. « C'est une perte de temps trop importante », glisse le patron. « Cela peut également faire perdre de l'argent car il y a parfois des erreurs de saisie. C'est aussi problématique dans la gestion quotidienne avec les fournisseurs : quand on ne dispose pas de la bonne information concernant une facture, celle-ci peut être payée avec retard. »

Pierre Duratet a cofondé Libeo avec Pierre-Antoine Glandier, passé par BlaBlaCar, Capgemini et Solocal, et Jérémy Attuil, qui a lui aussi dirigé plusieurs bars/restaurants. Une fois constitué, ce trio n'a pas tardé à faire parler de lui.

En 2019, la jeune pousse a levé deux millions d'euros. Un an plus tard, elle récoltait 4 millions supplémentaires. Libeo continue sur sa lancée et réalise un tour de table de 20 millions d'euros auprès de DST Global, Serena, Breega et LocalGlobe.

Avec ses nouvelles ressources, Libeo veut améliorer son logiciel qui possède des fonctionnalités gratuites et payantes. « On veut rendre l'expérience du paiement entre entreprises encore plus facile », souligne le patron, ce qui impliquera d'investir dans la recherche et le développement. La société veut aussi faciliter la connexion de Libeo à QuickBooks et Receipt Bank, deux logiciels de comptabilité très populaires.

Libeo souhaite également se lancer dans un pays étranger en 2021, sans préciser lequel.

>> En savoir plus sur Libeo

Publié dans startup, Web, fintech

Partager cet article
Repost0

Start-up : Bien'ici, spécialiste immobilier sur Internet lève 23 millions d'euros

Publié le par new pub marketing

Les actionnaires du site d'annonces immobilières Bien'ici, réseaux d'agents immobiliers, promoteurs et syndicats professionnels, ont décidé d'investir collectivement 23 millions d'euros supplémentaires afin de le faire évoluer et d'améliorer sa notoriété.
Pas question de se reposer sur ses lauriers. La plateforme française de petites annonces immobilières de professionnels Bien'ici, créée en décembre 2015 pour contrer SeLoger ou Leboncoin, veut faire son trou pour de bon dans la jungle des petites annonces.

 

« Il s'agit d'abord de faire évoluer l'infrastructure de la plateforme, pour soutenir la hausse de l'audience », indique ​David Benbassat, directeur général de Bien'ici. Et de créer de nouvelles fonctionnalités pour les particuliers comme pour les clients-partenaires.

Déjà, Bien'ici affirme avoir été le seul à développer sa propre cartographie 3D, avec la start-up F4 Map, ce qui lui permet de ne pas être dépendant de Google Maps. Aujourd'hui, 80 % des annonces publiées sur le site sont géolocalisées - même si l'adresse précise des biens n'est pas communiquée, afin que les professionnels ne risquent pas de voir certaines affaires leur passer sous le nez. Cette cartographie va être enrichie, avec, notamment, des données de relief.

Le site propose aussi de réaliser des recherches incluant le temps de transport entre son futur domicile et son bureau, par exemple. « Depuis fin 2020, nous indiquons également si un logement dispose de la fibre et s'il est possible d'y télétravailler. Et nous introduirons très prochainement la visualisation des bornes de recharges pour les voitures électriques », poursuit le dirigeant.

Avec 17 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2020, Bien'ici est aussi loin de ses grands concurrents. Mais les rentrées d'argent progressent. « Notre but n'est pas de rattraper SeLoger ni de faire des profits pour faire des profits en pressurant nos clients. Ce que nous voulons, c'est offrir le meilleur rapport qualité-prix du secteur », affirme Cyril Janin, président de Bien'Ici. Il souligne en outre à quel point les fondateurs de Bien'ici ont été « visionnaires ». « C'est comme si ​les hôteliers concurrents s'étaient réunis pour créer leur propre Booking » afin de gérer leurs réservations, note-t-il.

Les 23 millions d'euros doivent encore servir à recruter de nouvelles équipes. Enfin, Bien'ici va « regarder les opportunités d'acquisitions sur le marché », indique David Benbassat. Il espère repérer quelques pépites parmi les « proptech » françaises, ces start-up de l'immobilier.

Publié dans startup, Web

Partager cet article
Repost0

Start-up : Vroomly et son réseau de garages lèvent 5 millions d'euros

Publié le par new pub marketing

Start-up : Vroomly et son réseau de garages lèvent 5 millions d'euros

Vroomly et son réseau de garages lèvent 5 millions d'euros. Avec cette troisième levée de fonds de 5 millions d'euros réalisée auprès de Via ID, le comparateur automobile en ligne Vroomly a de nouveaux moyens pour assurer ses ambitions de recrutement et de développement sur le marché de l'après-vente européen.
400 000 euros, puis 2 millions d’euros et voici qu’en janvier 2021, Vroomly a une nouvelle fois séduit son investisseur historique, Via ID, en bouclant un troisième tour de table, qui cette fois-ci, a atteint 5 millions d’euros. Née en 2018 avec l’ambition de devenir un logiciel SaaS qui permet d’adresser tous les besoins d’un garage, la start-up compte sur cette nouvelle levée de fonds pour mener à bien plusieurs projets ambitieux.

Ces fonds vont lui permettre de déployer sa nouvelle offre d'achat de pièces de rechange automobile en ligne : Vroomly Parts. En effet, Vroomly veut désormais renforcer son activité en proposant aux garagistes une marketplace sur laquelle ils puissent chercher la bonne pièce au meilleur prix. Son service, lancé à la fin de l'année 2020 sous le nom Vroomly Parts, a déjà séduit 600 garages clients.

>> En savoir plus sur Vroomly

Start-up : Vroomly et son réseau de garages lèvent 5 millions d'euros
Partager cet article
Repost0

Start-up : ChefClub lève 14 millions d'euros pour ses vidéos culinaires

Publié le par new pub marketing

Start-up : ChefClub lève 14 millions d'euros pour ses vidéos culinaires

CHEFCLUB vient de lever 14 M€ ! Rappelons que Chefclub développe une plateforme de vidéos culinaires.

>> Chefclub.tv | chefclub.tv
Le groupe Seb s'invite au capital de la start-up Chef Club. La maison-mère de Tefal et de Moulinex a noué un partenariat, accompagné d'une prise de participation minoritaire, avec l'incontournable spécialiste des recettes sur les réseaux sociaux. Outre l'entrée au capital, une gamme de produits spécifiques pour Chef Club sera prochainement lancée. "Je crois, de plus en plus, qu'il faut que nous sachions aller ailleurs que dans nos propres ressources, pour aller piocher des idées et faire évoluer notre façon de voir le monde", estime le dirigeant sur le plateau de Good Morning Business. 1,6 milliard de vues rien qu’en décembre, 100 millions d’abonnés dans le monde, dont 10 en France… La plate-forme française de vidéos culinaires détonantes et faciles cartonne !
Investisseurs : First Bridge Ventures, Seb Alliance, Korelya, Aglaé Ventures

Publié dans startup, Web

Partager cet article
Repost0

Start-up : Getfluence lève 5 millions d'euros

Publié le par new pub marketing

Start-up : Getfluence lève 5 millions d'euros

La start-up Getfluence boucle un tour de table de 5 millions d’euros pour accélérer le déploiement de sa place de marché dédié au brand content, ou contenus sponsorisés.

Une levée de fonds qui est faite auprès de Reflexion Capital, Irdi Soridec Gestion, Celeste Management et plusieurs business angels via WeSprint et Angelsquare Capital. L’opération a été menée par KPMG Corporate Finance.

Ce tour de table doit permettre à la start-up d’accélérer son internationalisation comme pas mal de start-ups qui lèvent des fonds mais ce n'est pas une grande promesse pour séduire les nouveaux investisseurs. Les start-ups manquent d'imagination quand elles doivent justifier la levée de fonds quand même.. bref ! Getfluence a ouvert un bureau en Espagne et en Italie, et souhaite poursuivre son expansion pan-européenne en Allemagne et au Royaume-Uni. Pour accompagner son déploiement, elle annonce recruter plus de 40 profils (commerciaux, achats et marketing) au cours des deux prochaines années qui seront répartis dans les 5 pays où elle va opérer.

 

Publié dans startup, Web, Media, socialmarketing

Partager cet article
Repost0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 > >>